C’etait l’été du Livre….

La ville de Metz possédait le bonheur de disposer d’un salon du livre généraliste, dénommé « l’Été du livre ». Ce salon, organisé en juin, clôturait la saison littéraire lancée chez nos voisins nancéiens en septembre. Il permettait aux Messins de rencontrer des écrivains et d’acheter leurs livres avant une période propice à la lecture.

Un équilibre semblait avoir été trouvé entre auteurs locaux et régionaux d’une part, et auteurs nationaux et internationaux d’autre part.

Depuis trois ans, « l’identité » de ce salon, comme l’indique le texte de cette motion, est constituée par les rapports fondamentaux reliant les différentes formes de littérature et le journalisme.

Cette thématique, unique en France, a même pris le pas sur le nom de la manifestation — « l’Été du livre » — qui est malheureusement abandonné au profit de « Littératures et Journalisme », qui ressemble plus à un programme de colloque universitaire qu’à celui d’une manifestation grand public !

Je dis malheureusement car « l’Été du livre » était une marque de fabrique du salon du livre de Metz, et cette appellation était reconnue de tous. Désormais, tout est à refaire ! Pourquoi parler de 26e édition, lorsqu’il s’agit de la 1ère édition de ce salon sous ce titre ?

Cette manifestation est censée s’adresser au grand public, un grand public essentiellement messin, mosellan et lorrain, voire issu de la Grande Région. Pourtant, l’ancrage local diminue d’année en année. N’y a-t-il pas d’auteurs et d’acteurs locaux en mettre en avant ?

Cette propension est à relier au montant important de la subvention, qui est inversement proportionnel au nombre d’auteurs invités. La ville de Metz, étant le principal partenaire de cette manifestation, pourrait avoir des exigences plus importantes vis-à-vis de l’association organisatrice, vu l’aide consentie. « L’Été du livre » n’a pas attendue 2013 et 200 000 € de subvention pour inviter de « grands auteurs ».

Enfin, la motion évoque la « Grande Librairie » place de la République. À ce sujet, il est à déplorer que la si fragile « chaîne du livre », qui rassemble auteurs, éditeurs, libraires et bibliothèques, n’est même pas respectée au cours de ce salon.

Je regrette donc l’orientation prise par cette manifestation phare de la vie culturelle messine et lorraine ainsi que la part de responsabilité dans celle-ci du vice-président de l’association « Le livre à Metz », qui est aussi, faut-il le rappeler, l’adjoint délégué à la culture.

Partager Ce billet à été posté le Vendredi, février 1st, 2013 à 22 h 56 min sous la catégorie Actualité. Vous pouvez suivre les commentaires par le biais du flux RSS 2.0 Vous pouvez laisser un commentaire, ou un trackback .

blog comments powered by Disqus